Canadian Rental Service

Canadian Rental Association
CRA President’s message – August 2008

Hello everyone.  Summer is now upon us, I trust your yard is empty and your bank account is full.


September 29, 2008
By CRA

Written by “Bobcat Brad” Williams, CRA president

Hello everyone.  Summer is now upon us, I trust your yard is empty and your bank account is full.

Most Canadian rental stores will experience growth again this year. More than ever, employee recruiting, training, and retention are at the forefront of everyone’s mind.

I encourage you to attend your local rental association’s next meeting. Golf tournaments combined with meetings are being held across the country. Have some fun and enjoy hooking up with some of your rental peers. Share some ideas and strategies on how to deal with today’s rental environment.

Advertisement

Over the past few months more used equipment has become available for sale south of the border. I believe there will be more “good deals” to come as the U.S. economy continues to weaken. With a struggling economy come repossessions, unpaid loans and distressed sales of equipment. Theft also rises as “opportunists” capitalize on less secured sites. The probability of stolen equipment, pre-repossessions, conversions and units with liens coming out of the U.S. is very high. In Canada there is a federal database named CPIC, which stands for Canadian Police Information Centre. It has approximately 680,000 items listed in its database. All Canadian law enforcement agencies report to this database so Canadian stolen equipment should show up, providing it was reported in the first place. The CPIC website to check on Canadian units is www.cpic-cipc.ca .

The American Rental Association (ARA) has an agreement with National Equipment Registry (NER) to give U.S.-based rental stores an opportunity to list their equipment. This means that some of this equipment, such as contractor owned or privately owned equipment may not show up in this database. My concern is that the “too good to be true” deals out of the U.S. might turn out to be stolen equipment or have a lien.

Even some small manufacturers are becoming a concern. Money sent state-side before shipping is proving to be the wrong move for some dealers and purchasers.

How do you protect yourself from being a victim?

The easiest way is to buy used equipment locally in Canada, check CPIC and your bank. If you do buy used equipment in the U.S., do your research, find out who the original buyer was and follow this history through to the previous owners. Ask for serial numbers and documents to support the history of the unit. Work with your local equipment dealers. They may have another option for you with no risk.
I encourage you to keep in touch with your Canadian Rental Association (CRA) director. The association has a board meeting scheduled for September in Edmonton, Alta. I welcome your input. The CRA board of directors and I appreciate and value your membership!

Le message du président
Par “Bobcat Brad” Williams, président de la CRA

Bonjour à tous! L’été est maintenant arrivé, j’espère pour vous que votre cour soit vide et que votre compte bancaire soit bien rempli. La plupart des centres de location connaîtront encore une bonne croissance en chiffres d’affaires cette année.  Plus que jamais, le recrutement, la formation, et la rétention d’employés sont des soucis que tous partagent en ce moment.

Je vous encourage à participer à votre prochaine réunion locale à venir. Des tournois de golf alliant réunions sont organisés dans tout le pays. Amusez-vous et profitez des rencontres avec vos pairs en location. Partagez des idées et des stratégies sur la façon de traiter avec le marché de la location d’aujourd’hui Au cours des derniers mois, il a été question d’achat d’équipements usagés au sud de la frontière. Je crois qu’il y aura encore de  “bonnes affaires” qui surgiront à mesure que l’économie américaine continue à faiblir. Avec une économie difficile surgissent les reprises de possession, les hypothèques non payées et les difficultés à vendre son équipement. Les vols augmentent aussi puisque de plus en plus “d’opportunistes” profitent des sites non-sécurisés. La probabilité de vol de matériel, de reprise de possession, de transformation d’équipement et de pièces ou équipements hypothéqués qui sortent des États-Unis est très élevée. Au Canada, il existe une base de données fédérale portant le nom de CIPC (Canadian Police Information Centre) à l’heure actuelle, on dénombre environ 680000 items énumérés dans la base de données du CIPC. Tous les organismes d’application de lois canadiennes se rapportent à cette base de données. Par conséquent les équipements ou matériels canadiens qui ont été déclarés volés devraient s’y afficher. Le site du CIPC pour vérifier les items canadiens est le www.cpic-cipc.ca. L’ARA a conclu un accord avec NER (National Equipment Registry) pour donner l’opportunité aux centres de location américains d’afficher leurs équipements volés. Cela signifie que certains équipements (par exemple, équipements appartenant aux entrepreneurs privés) pourraient ne pas figurer dans cette base de données. Ma préoccupation est que des occasions “trop bonnes pour être vraies» qui viennent des États-Unis pourraient être à leur tour de l’équipement volé ou qui aurait été hypothéqué.

Même certains petits fabricants sont en train de devenir un sujet de préoccupation. Envoyer de l’argent vers les États avant l’expédition du matériel se révèle être la mauvaise démarche à suivre pour certains concessionnaires et  acheteurs. Comment se protéger d’être soi-même victime?

Le plus facile consiste à acheter de l’équipement usagé provenant du Canada, de consulter le CIPC et votre banque. Si vous achetez de l’équipement usagé aux États-Unis, faites les recherches nécessaires. Informez-vous sur l’acheteur initial de cet équipement, et trouvez l’historique de cet équipement à travers les anciens propriétaires. Demandez au vendeur de vous faire parvenir le numéro de série et les documents qui appuient cette historique. Travaillez avec votre vendeur d’équipement local; vous trouverez sans doute qu’il aurait probablement une autre option pour vous qui soit meilleure et/ou sans risque.

Je vous encourage à demeurer en contact avec votre directeur de la CRA. Nous avons une réunion du conseil prévue en septembre à Edmonton, Alberta. Je vous remercie à l’avance pour toutes vos contributions. Le conseil administratif de la CRA et moi-même apprécions la valeur de votre adhésion!